Portail de Recherche du Grand Nord

Menus de Navigation de saut

La faune et la flore dans le Nord du Canada

Auteure: Jennifer Hamel Page 1 | Page 2 | Page 3

 

La faune – les animaux

Thumbnail

Ce lièvre arctique habite sur l’Île Ellesmere au Nunavut

Thumbnail

Un chien d’attelage près de Tuktoyaktuk aux Territoires du Nord-Ouest

Les lièvres arctiques habitent au-delà de la limite des arbres, sur la toundra. Ils sont les plus grands lièvres du Canada et pèsent entre 3,2 à 5,4 kilogrammes. Ils ont de grandes pattes agissant comme des raquettes pour les empêcher de tomber dans la neige. Les lièvres arctiques aiment manger les feuilles, les pousses, l’écorce, et les racines des saules, des herbes et des fleurs.

On retrouve de nombreux lièvres arctiques sur l’île Axel Heiberg qui est très près du pôle Nord.

Les lièvres changent de couleur avec les saisons ; pendant l’hiver, ils sont blancs et en été leur fourrure brune les aide à se dissimuler dans leurs environs. Lorsque les lièvres sont chassés par des loups, ils se cachent parmi les bœufs musqués. Comme les bœufs musqués sont herbivores, les lièvres n’ont pas peur de se faire dévorer par eux.

Les chiens d’attelage faisaient et font encore une partie importante de la vie dans le Nord. Les peuples autochtones du Nord étaient les premiers à développer un moyen de déplacement utilisant entre 2 à 12 chiens pour tirer un traîneau. Comme n’importe quelle équipe, un attelage de chiens a des chefs, en général, c’est le premier et ou le deuxième chien de l’avant. Les chiens chefs répondent aux commandes vocales du conducteur.

Thumbnail

Cette photographie de chiens d’attelage fut prise en 1928 au Fort McMurray en Alberta. Ces chiens utilisent une remorque pour tirer le traîneau.

Thumbnail

Cet attelage de chiens utilise une demi-clef à capeler pour tirer leur traîneau. Pouvez-vous désigner leur chef ?

Il y a deux façons pour atteler les chiens au traîneau. La première façon est en utilisant la ‘remorque’, avec ceci tous les chiens sont attelés à une seule ligne. Cette méthode est utile pour voyager dans la nouvelle neige douce et profonde. La deuxième façon utilise la ‘demi-clef à capeler’. Pour ceci, chaque chien a sa propre ligne. Cette méthode sert le mieux sur la neige rebattue.

De nos jours, les motoneiges ont remplacé la plupart des traîneaux à chiens quant aux déplacements quotidiens. Cependant, se déplacer en traîneaux à chiens est toujours un sport d’hiver populaire, et il y a plusieurs différentes courses pour les traîneaux à chiens pendant les carnavals et célébrations d’hiver.

Thumbnail

La motoneige, un traîneau à chiens moderne.

Thumbnail

Un troupeau de morses dans l’eau, au large de l’île Devon au Nunavut.

Thumbnail

Un troupeau de morses se baignant au soleil sur les roches de l’île Devon au Nunavut.

Les morses sont d’immenses mammifères marins habitant dans le Nord du Canada. Ils ont de grands corps et de petits membres puissants. Ils ont aussi la peau très épaisse sous laquelle se trouve une épaisse couche de graisse. Les morses ont aussi deux défenses d’ivoire. Bien que les mâles et les femelles aient ces défenses d’ivoire, il n’y a que les mâles qui ont un sac aérien dans le cou pour produire un beuglement bruyant pouvant s’entendre sous l’eau et à la surface.

Les morses aiment nager et jouer dans l’eau. Bien qu’ils soient maladroits sur le sol, ils aiment sortir de l’eau pour se baigner au soleil en troupeau. Les morses utilisent ces grands groupes pour se garder au chaud et pour protéger leurs jeunes des prédateurs, comme les ours polaires. Les morses aiment manger des mollusques qu’ils retrouvent au fond de l’océan avec l’aide de leurs grandes moustaches. Les morses mangent aussi le saida, les concombres de mer, les crabes, les escargots et les verres.

Thumbnail

Deux bœufs musqués sur l’île Devon au Nunavut

Thumbnail

Voici des bœufs musqués sur l’île Devon. Pouvez-vous voir leurs cornes ?

Thumbnail

Ces bœufs musqués furent pris en photo à bord d’un hélicoptère.

Thumbnail

Un troupeau de bœufs musqués font face à l’appareil photo sur l’île Axel Heiberg au Nunavut. Pensez-vous qu’ils commencent à former un cercle de protection ?

Les bœufs musqués sont des herbivores qui font partie de la même famille que les chèvres et les moutons. Les bœufs musqués habitent la toundra du continent et des îles de l’Arctique. Ils habitent en Amérique du Nord depuis au moins les 100 000 dernières années.

Les bœufs musqués mangent les plantes poussant le long des lacs et des cours d’eau. Quotidiennement, ils mangent environs 7 kg de végétation – cela peut se comparer à l’ingestion de 120 carottes par jour ! Ces bêtes ont les sabots tranchants, et en hiver, ceux-ci les aident à atteindre les plantes sous la glace.

Les bœufs musqués ont une vie de troupeau. L’ennemi principal des bœufs musqués est le loup. Lorsqu’un prédateur menace ces troupeaux, les adultes du troupeau forment un cercle de protection autour des jeunes veaux. En faisant un rempart de leurs corps, les adultes mâles protègent le troupeau des vents froids d’hiver. Tous les adultes abritent leurs jeunes du froid avec leur long poil, qui peut être jusqu’à un mètre de long. En été, les bœufs musqués perdent leur long poil.

Lorsque les bœufs musqués mâles se battent pour le contrôle du troupeau, ils se font face, reculent d’une cinquantaine de mètres, ensuite courent se rencontrer pour se donner un coup de cornes. Le bruit qui se fait lorsqu’ils se donnent un coup de cornes peut souvent s’entendre à un kilomètre de distance. Le combat continue jusqu’à ce qu’un mâle désiste et se retire.

Thumbnail

Des ours polaires sur la glace à Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

Un ours polaire marchant sur la glace à Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

Un ours polaire se reposant sur la glace près de Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

Nanook, un ours polaire, se retirant dans l’eau et la glace pour éviter l’appareil photo à Wager Bay au Nunavut.

Les ours polaires sont de grands ours habitant sur la glace de l’Arctique. Ils sont très grands, jusqu’à trois mètres de long, et ils ont la fourrure blanche. L’ours polaire est un très bon nageur – il peut plonger jusqu’à 3 mètres de profondeur dans l’eau et peut rester sous l’eau pour une durée de deux minutes.

Comment les ours polaires survivent-ils le froid de l’Arctique ? Eh bien, ils ont une couche épaisse de graisse sous la peau. Leur fourrure est très dense, et l’air se poigne entre les poils pour donner encore d’autre isolation. Aussi, les ours polaires ont du poil sur la plante de leurs pieds afin d’éviter de glisser sur la glace.

Les ours polaires mangent beaucoup de choses différentes, y compris des phoques, des poissons, des oiseaux, des œufs, des algues marines, des baies et des déchets laissés près des établissements humains. Ils aiment se tenir près des trous d’air dans la glace pour attendre les phoques venant y prendre un coup d’air. Ensuite, l’ours polaire tue le phoque avec quelques grands coups de ses pattes puissantes. Les ours polaires utilisent leur sens étonnant de l’odorat pour détecter les phoques à travers de la glace. Ils peuvent sentir un phoque sous un mètre de neige et une baleine morte à une distance de 30 kilomètres.

Thumbnail

Une ourse polaire et ses oursons à Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

Une ourse polaire et ses oursons blottis ensemble sur la glace à Cape Churchill au Manitoba.

Les oursons naissent dans une tanière creusée dans un amoncellement de neige. L’ourse déménage dans la tanière en octobre et les oursons naissent au mois de mars. Les oursons polaires poussent très rapidement et au printemps, ils sortent de la tanière avec leur mère pour apprendre à survivre au plein air.

Thumbnail

Deux ours polaires jouant dans un camp près de Cape Churchill au Manitoba. Dans la photographie, pouvez-vous entrevoir la table et les barils renversés ? Pensez-vous qu’on a invité ces ours polaires à y venir ?

Thumbnail

Un ours polaire assis sur la glace près de Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

Deux ours polaires debout sur la glace à Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

Cet ours polaire se roule sur la glace à Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

De grands ours font de grands ombrages à Cape Churchill au Manitoba

Thumbnail

Deux ours polaires se chambardant sur la glace à Cape Churchill au Manitoba

Thumbnail

Le combat continue...

Thumbnail

Le combat devient très dynamique !

Thumbnail

Les ours polaires se reposent à Cape Churchill au Manitoba.

Thumbnail

Un dessin d’un ours polaire à Cape Churchill au Manitoba

Ces photographies proviennent de Churchill au Manitoba que l’on reconnaît comme étant la capitale mondiale des ours polaires. À l’automne, environs 15 000 touristes voyageant de partout au monde, viennent regarder les migrations des ours polaires. Pour s’aventurer sur la glace, ces touristes prennent de grandes ‘toundramobiles’ -- des autobus scolaires sur de grandes roues utilisés sur la glace pour regarder les ours migrateurs.

Antérieurement, les ours polaires qui menaçaient des humains et causaient des difficultés à Churchill, se faisaient tuer. Aujourd’hui, les ours polaires qui s’aventurent trop près des humains se font mettre sous tranquillisants, étiquetés pour les chercheurs et logés dans la ‘prison des ours polaires’ jusqu’à ce que la glace gèle et qu’ils peuvent immigrer.

Il y a de nombreux animaux différents habitant dans le Nord du Canada. Bien que nous n’ayons pas examiné toute la faune et la flore de l’Arctique, vous pouvez voir que l’Arctique n’est pas une terre gelée inculte, mais plutôt un écosystème vibrant de vie et rempli de belles plantes et de beaux animaux intéressants.

Page 1 | Page 2 | Page 3